Un service proposé par APM International
https://www.ctm-telemedecine.fr/
https://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.fr/DSI-GHT-reussir-son-projet-reco-vocale?cid=7010W000002C2aSQAS&ls=website&rs=Ticsante&offer=speech_recognition&ot=ebook
23/05/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

CHU Nantes: la moitié des lettres de liaison transmises à J-0 grâce à la reconnaissance vocale

(Par Raphaël MOREAUX, à la Paris Healthcare Week)

PARIS, 23 mai 2017 (TICsanté) - Le déploiement d'une solution de reconnaissance vocale auprès des médecins du CHU de Nantes a permis de passer d'un délai moyen d'envoi des lettres de liaison de 30 jours, à une part de 50% émise le jour-même de la sortie du patient, a témoigné le directeur informatique du CHU, Pierrick Martin, dans le cadre de la Paris Healthcare Week.

"On a totalement transformé nos délais de mise à disposition des comptes rendus vis-à-vis de l'extérieur et de l'interne", a expliqué Pierrick Martin, reconnaissant que son établissement était jusqu'ici "très mauvais" sur ce sujet.

Dans le service infections et maladies tropicales du CHU, le déploiement de la solution de reconnaissance vocale Dragon Medical Direct* de l'entreprise Nuance, directement intégrée aux logiciels métiers des praticiens, a permis de réduire de 74% le délai moyen de création du compte rendu de consultation.

Au service dermatologie, le délai moyen de création des comptes rendus d'hospitalisation a diminué de 90,6%, alors que leur nombre a presque doublé depuis l'adoption de la reconnaissance vocale.

Le recours à la reconnaissance vocale a été acté au CHU de Nantes dans le cadre du projet de transformation numérique "Ulysse", programme de 7 ans doté de 20 millions d'euros et visant à "fournir un socle de fonctionnalités et de services numériques pour l'ensemble des personnels", a rappelé Pierrick Martin (voir dépêche du 19 janvier 2016).

Il s'agissait en particulier "'d'augmenter l'efficacité collective" de l'hôpital, alors que le CHU s'est lancé dans un projet de concentration de ses activités médecine-chirurgie-obstétrique (MCO) sur un site unique, sur l'île de Nantes.

"Le premier sujet a été d'améliorer l'échange d'informations médicales en temps réel" dans un contexte où "60 acteurs se coordonnent en moyenne autour de la prise en charge d'un patient", a partagé le directeur du système d'information (DSI) du CHU.

La direction a opté pour une reconnaissance vocale qui intègre directement les informations dictées par les équipes médicales dans le dossier patient informatisé (DPI).

Elle a décidé d'investir en priorité les médecins "afin de décharger l'activité des secrétariats médicaux sur des missions où l'hôpital n'était pas assez bon" comme l'orientation des patients dans l'établissement, ou la coordination des acteurs de soins, a relevé Pierrick Martin.

Le DSI a toutefois reconnu qu'il n'avait pas été facile de "faire passer la reconnaissance vocale dans les moeurs des médecins".
"Beaucoup d'entre eux avaient une mauvaise expérience de la reconnaissance vocale avec des outils assez longs à l'apprentissage" et "nécessitant de procéder à de multiples corrections" après la dictée, a-t-il confié.

"Outil arrivé à maturité"

Les dernières évolutions apportées par Nuance avec sa solution Dragon Medical Direct* offrent aujourd'hui "un outil arrivé à maturité", a-t-il poursuivi, notamment en termes de reconnaissance des vocabulaires spécifiques, d'adaptation au débit de parole et au potentiel accent du praticien.

"Les médecins ont été bluffés par la fluidité et par la qualité de la reconnaissance vocale", a assuré Pierrick Martin.
Il a relevé parmi les améliorations qu'il restait à apporter à la solution la reconnaissance des homophones "qui génère encore souvent des erreurs de grammaire" selon si un mot est utilisé en mode conjugué, en tant qu'adjectif ou en substantif.

"Des travaux sont en cours avec l'éditeur et nous essayons de peser de tout notre poids pour faire en sorte que les corrections apportées par les médecins soient mieux prises en compte par un système d'intelligence artificielle, qui puisse corriger automatiquement la fois d'après", a-t-il confié.

La reconnaissance vocale est actuellement déployée auprès de 400 médecins du CHU, pour une population cible de 1.800 professionnels de santé concernés qui devrait être atteinte d'ici la fin de l'année.

L'objectif à terme est de la mettre en place sur l'ensemble du groupement hospitalier de territoire (GHT) de Loire-Atlantique dont le CHU est établissement support.

rm/ab/

Partagez cet article

http://www.canyon.fr/
Les dépêches liées à cette information
https://www.groupepsih.com/
http://www.malta-informatique.fr/actualites/i2Jn4s/innovation-majeure-lancement-de-titan-teleconsultation
http://www.web100t.fr
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription