Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-situation-sanitaire-exceptionnelle.html?utm_source=ticsant%C3%A9&utm_medium=banner&utm_campaign=plan_blanc&utm_term=plan%20blanc%2C%20surycat
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.com/5ideesfausses?cid=7010W000002S1qSQAS&ls=website&rs=tiscanté&offer=5_idées_fausses&ot=whitepaper
06/07/2017   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

Acquisitions, partenariats, développement international: l'éditeur Enovacom poursuit sa dynamique

MARSEILLE, 6 juillet 2017 (TICsanté) - L'éditeur spécialiste de l'interopérabilité et de la sécurisation des données Enovacom va atteindre son objectif de 20% de croissance du chiffre d'affaires en 2017, et prévoit d'étendre sa présence à l'international dès 2018, a confié à TICsanté son président, Laurent Frigara.

Après un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros en 2016, l'objectif d'arriver à 12 millions d'euros cette année "devrait être atteint", a assuré Laurent Frigara. La part des projets réalisés à l'international devrait quant à elle progresser pour atteindre "environ 25% du chiffre d'affaires en 2020", a-t-il ajouté.

Enovacom est pour l'instant présent au Benelux, au Royaume-Uni et à Montréal (Canada). "Avant d'ouvrir à d'autres pays, nous voulions valider notre modèle qui est de travailler de façon plus indirecte sur les projets à l'étranger, à travers des partenaires qui ont des compétences sur notre offre", a-t-il détaillé, expliquant réfléchir à ouvrir de nouvelles antennes, "probablement pour l'an prochain".

La dynamique de l'éditeur s'est aussi concrétisée ces derniers mois avec la signature de plusieurs partenariats avec d'autres acteurs technologiques.

On peut citer l'accord signé avec NextGate pour intégrer à son offre la solution de rapprochement des identités patients de l'éditeur californien (voir brève du 1er juin 2017), et l'appel d'offres de la centrale d'achat de l'informatique hospitalière (CAIH) sur la gestion des identités et la sécurisation des accès, remporté aux côtés de Capgemini.

"Concrètement, cela veut dire que 600 établissements de santé vont pouvoir faire appel à notre partenariat avec Capgemini pour assurer la confidentialité de leur données en gérant qui a accès à quoi dans les hôpitaux", a relevé Laurent Frigara.

Enovacom s'est aussi allié à Orange Healthcare afin de compléter son expertises sur l'infrastructure logicielle avec la compétence d'Orange sur l'infrastructure technique et télécom.

Pour le président d'Enovacom, "il y a une vraie pertinence à proposer, dans le contexte des groupements hospitaliers de territoire [GHT], à la fois une infrastructure technique et logicielle qui permette d'envisager l'avenir avec sérénité en posant les bases du système d'information commun où l'on positionnera ensuite les différentes briques applicatives métiers".

Il a mis en avant le positionnement "agnostique" d'Orange Healthcare qui lui permet de "préserver l'indépendance" qu'Enovacom revendique vis-à-vis des éditeurs de logiciels en santé.

Il s'est ainsi dit "conforté" dans son positionnement de "juge de paix" de la convergence informatique des GHT (voir dépêche du 10 mars 2016).

GHT et nouveaux clients

Laurent Frigara a toutefois estimé que "le marché est beaucoup trop focalisé" sur les GHT. "Il est important de prendre en compte les GHT dans la construction de nos offres, mais on n'attend pas des dizaines d'appels d'offre de GHT ni cette année, ni l'an prochain. Entre temps, il faudra quand même faire des choses. Les hôpitaux ne peuvent pas se permettre de tout geler en attendant la mise en place d'un SI de GHT".

Cela n'a d'ailleurs pas empêché l'éditeur d'engranger de nouveaux clients parmi les GHT. Il fournit notamment sa plateforme d'interopérabilité au GHT Lozère, plus important GHT de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées avec 14 membres, et au CH Bretagne Sud (CHBS) à Lorient, établissement support du GHT Sud Bretagne.

Avec la mise en place en interne d'une équipe dédiée au secteur privé, Enovacom a également progressé sur ce terrain, en fournissant sa plateforme à la Fondation Partage et vie (ex-Fondation Caisse d'épargne pour la solidarité), qui regroupe 117 établissements dont 93 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Croissance externe

La dernière annonce de l'éditeur a porté sur l'acquisition de la start-up Optiflows, conceptrice de la plateforme d'alertes automatisées Surycat* (voir brève du 16 juin 2017), riche d'un portefeuille de quelque 400 clients.

Si Laurent Frigara assure que "la stratégie d'Enovacom n'est pas une stratégie de développement par croissance externe", il ajoute ne "rien s'interdire" pour accélérer sa croissance, avec une ligne rouge: "nous n'avons clairement pas l'intention d'aller vers des logiciels métiers".

L'acquisition d'Optiflows va se concrétiser par l'ajout de sa Surycat* au catalogue d'Enovacom, puis d'ici la fin de l'année à la mise en commun des équipes marketing et R&D "pour réfléchir à des leviers de synergie".

"Dans le cadre de plans blanc où les hôpitaux doivent mobiliser très rapidement beaucoup de personnels, on voit bien l'intérêt d'un interfaçage entre notre annuaire d'établissement et de gestion des habilitations et la plateforme Surycat*", a-t-il noté.

Exploitation des gisements de données

Au-delà du développement d'outils d'échange et de partage de données dans le cadre des parcours de soins, Enovacom travaille de plus en plus à la structuration de données dans le cadre de l'exploitation des gisements détenus par les établissements de santé.

Il contribue en ce sens au projet eHop porté par le CHU de Rennes et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) visant à mettre en place des entrepôts de données biomédicales issues de tous les CHU du grand Ouest, pour faciliter la constitution de cohortes de patients.

"Nous sommes partenaires exclusifs du projet et apportons notre expertise sur la centralisation de données issues de différents établissements. L'objectif est de leur permettre d'importer de la donnée 'propre' et correctement structurée", a précisé Laurent Frigara.

Enovacom rassemble près de 150 employés, dont une dizaine ont été recrutés cette année. L'éditeur assure travailler avec "60% à 70%" des établissements de santé.

rm/eh

Partagez cet article

http://www.univ-angers.fr/fr/formation/offre-de-formation/diplome-d-universite-3eme-cycle-DUC3/sciences-technologies-sante-04/du-ssis-program-pdussis-1.html
Les dépêches liées à cette information
http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Forum national "NTIC et maladies rares"
Le 25/09/2017
5e édition de l'"e-santé en actions"
Le 28/09/2017
Catel Paris 2017
Du 05/10/2017 au 06/10/2017
36h Chrono Bourgogne-Franche-Comté
Le 17/10/2017
1ère journée franco-allemande e-santé
Le 20/10/2017