Un service proposé par APM International
https://www.groupepsih.com/2017/07/13/dma-en-ssr-le-groupe-psih-apporte-deja-des-reponses/#utm_source=nom-editeur-partenaire&utm_medium=display
https://www.enovacom.fr/plan-blanc-situation-sanitaire-exceptionnelle.html?utm_source=ticsant%C3%A9&utm_medium=banner&utm_campaign=plan_blanc&utm_term=plan%20blanc%2C%20surycat
http://www.computer-engineering.fr
http://engage.nuance.com/5ideesfausses?cid=7010W000002S1qSQAS&ls=website&rs=tiscanté&offer=5_idées_fausses&ot=whitepaper
15/12/2015   Envoyer par mail Imprimer   Aucun commentaire
Pour commenter cette dépêche Identifiez-vous

AVC: la télémédecine poursuit son déploiement dans le Nord-Pas-de-Calais

(Par Luu-Ly DO-QUANG, au congrès de la SFNV)

PARIS, 15 décembre 2015 (TICsanté) - Le projet de télémédecine pour la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral (AVC) poursuit son déploiement dans le Nord-Pas-de-Calais sur deux autres territoires, Littoral et Métropole-Flandre intérieure, après celui du Hainaut-Artois, selon une présentation faite à la journée nationale des référents et animateurs de filière (AVC) fin novembre, dans le cadre du congrès de la Société française neurovasculaire (SFNV) à Paris.

Le télé-AVC a commencé à s'organiser dans le Nord-Pas-de-Calais en raison d'un accès inéquitable à la thrombolyse, malgré l'existence de neuf unités neurovasculaires (UNV) dans la région en 2010, ont rappelé Christine Delobel et Delphine Brière, animatrices de filière AVC.

Après une expérience positive dans le Hainaut-Artois en 2011, l'agence régionale de santé (ARS) a donné une impulsion forte au télé-AVC en l'inscrivant dans le projet régional de santé (PRS) 2011-16 du Nord-Pas-de-Calais. Cinq animateurs paramédicaux ont été désignés dans quatre territoires de santé pour animer la filière AVC.

L'objectif pour 2016 est d'assurer "un meilleur maillage territorial" grâce au télé-AVC avec un total de 12 UNV, sept antennes de thrombolyse et trois services de neurologie avec hospitalisation conventionnelle sur le Nord-Pas-de-Calais. Les antennes de thrombolyse sont des sites où les urgentistes ont été formés pour administrer ce traitement, en lien avec le neurologue.

Les deux intervenantes sont revenues sur la chronologie du déploiement du dispositif en Hainaut-Artois depuis la création d'une UNV à Maubeuge (Nord) en juin 2011. Parmi les étapes les plus récentes figurent notamment la mise en place en février 2014 d'un recours au CHU de Lille pour avoir un "avis hyperspécialisé", par exemple sur la thrombectomie ou l'hémicraniectomie, et l'intégration du centre hospitalier (CH) de Douai (Nord), avec une antenne de thrombolyse, en mars.

Enfin, le CH de Fourmies (Nord) doit accueillir une antenne de thrombolyse pour permettre la prise en charge des AVC à la phase aiguë 24 heures sur 24 sur le territoire du Hainaut-Artois.

Dans le territoire du Littoral, où trois UNV existent, le télé-AVC a été lancé mi-septembre sur le secteur Nord entre les CH de Calais (Pas-de-Calais) et Dunkerque (Nord), disposant tous deux d'une UNV, et le CH de Saint-Omer (Pas-de-Calais) où une antenne de thrombolyse a été créée.

Le télé-AVC Littoral Sud doit être lancé le 11 janvier 2016 dans le Pas-de-Calais entre l'UNV du CH de Boulogne-sur-Mer, le CH de Montreuil-sur-Mer où une antenne de thrombolyse sera créée et l'Institut Calot de Berck-sur-Mer.

Le dispositif dans le secteur Métropole-Flandre intérieure a commencé à se mettre en place en juin, avec la création d'une antenne de thrombolyse à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (groupement des hôpitaux de l'Institut catholique de Lille -GHICL), ce qui permet d'assurer une prise en charge sur place en lien avec le CHU de Lille voisin.

Les antennes de thrombolyse des CH de Hazebrouck et Armentières (Nord) seront ouvertes au cours du premier semestre 2016, en lien avec l'UNV de l'hôpital Saint-Philibert à Lomme (GHICL), qui est lui-même connecté avec les UNV des CH de Tourcoing et Roubaix.

Ce "gros projet de télémédecine" a permis de faire collaborer des centaines de personnes, l'ARS assurant l'encadrement et le pilotage. La partie technique est supervisée par le groupement de coopération sanitaire (GCS) Matiss, la solution technique apportée par Accélis VePro et l'hébergement des données par E-sis, ont indiqué les intervenantes.

Elles ont également fait observer que les données disponibles pour le Hainaut-Artois suggèrent que 40% des thrombolyses sont faites grâce au télé-AVC. Le taux de complications hémorragiques est de 2-3% et le taux de patients avec un score de Rankin de 0-1 à trois mois, soit des résultats similaires avec ceux obtenus dans les UNV.

Concernant les flux financiers, "pour chaque projet de territoire, une réflexion a été engagée entre l'ARS, les professionnels de santé et les directions d'établissement pour avoir une modélisation et que chacun s'y retrouve", entre le coût du transport et celui de la thrombolyse notamment.

Le modèle qui avait été arrêté pour le Hainaut-Artois est en cours de révision pour avoir une procédure plus rigoureuse. "Il faut établir une convention entre les partenaires et s'adapter sur chaque territoire a posteriori", ont commenté les deux animatrices de filière.

Outre leur participation à l'élaboration du projet, les animateurs de filière assurent la coordination de sa mise en place, un suivi quantitatif et qualitatif pour l'évaluation du dispositif, les réunions avec les différents acteurs, l'accompagnement des équipes sur le terrain...

Ils sont en charge de "bien d'autres missions", la structuration globale de la filière, son évaluation, l'accompagnement de nouveaux projets, l'information du grand public notamment. Les actions ont été reconduites pour 2016 et bien qu'elles aient un impact positif pour les patients, "la pérennité du financement des postes n'est pas assurée", ont rappelé les deux intervenantes.

LA TELE-AVC AU PROGRAMME DES "36H CHRONO GRAND NORD"

L'expérience régionale de télé-AVC sera présentée mercredi 16 décembre à l'occasion de la journée "36 heures chrono Grand Nord", de l'initiative Faire avancer la santé numérique (FASN). Un atelier "télémédecine dans les territoires: l'exemple de l'AVC" est prévu dans la matinée, avec les témoignages du Dr François Mounier-Vehier, chef du service de neurologie du CH de Lens, du Dr Arnaud Hansske, directeur de l'information médicale et directeur des systèmes d'information et organisation du Groupe hospitalier de l'Institut catholique de Lille et du Dr Ziad Khodr, chef de service des urgences du CH de Saint-Omer.

Des agoras sur les thématiques du "numérique, outil de refondation du système de santé" et du "numérique au service de la performance" seront aussi organisés.

ld/ab/nc

Partagez cet article

http://www.univ-angers.fr/fr/formation/offre-de-formation/diplome-d-universite-3eme-cycle-DUC3/sciences-technologies-sante-04/du-ssis-program-pdussis-1.html
Les dépêches liées à cette information
http://innovinmed.com/content/pr%C3%A9sentation-d%E2%80%99innov%E2%80%99inmed
http://www.web100t.fr
http://global.agfahealthcare.com/france/
http://www.saficard.com/vitaplus-praticien-hospitalier.html
http://www.ticsante.com/show.php?page=inscription
http://www.acetiam.eu
http://www.vieviewer.com/
http://www.axigate-france.fr/axigate-reflex/
Les offres




Les offres d'emploi
Agenda
Assises nationales du HS2
Le 22/09/2017
Forum national "NTIC et maladies rares"
Le 25/09/2017
5e édition de l'"e-santé en actions"
Le 28/09/2017
Catel Paris 2017
Du 05/10/2017 au 06/10/2017
36h Chrono Bourgogne-Franche-Comté
Le 17/10/2017